Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/1076

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ì.ts?. gjie les Flatfeurs l'oreille , jusques au fonds deleii^ ame , d’où ilest'ſouvcntbiendi ficile d’eftacer les impressions quc les Flatteurs y ont faites. Comme il est vray qu’ils tonrnent en ha-, bitude la diſposition naturelle qu’ils ont à ce Vice ; auíli est; - il Cet- tain que de la façon qu’ils le pra, tiqucnr , c’est leur courume de preoccuper l’eſprit des Grandspar leurs perfuafions, & d’uſer de stiux rapports,£omme de fermcscolom. nes , pour élcvcr leur fortune ſur la ruine d’autruy* II est donc bien juste ,,non ſeulemcntquelesPrin- ces fe dqnnent garde de cette er.- geance d’hommes arcificieux Sc nuiíibles’; mais qu’à l’exemple de Yefpafien &C de Titus *ilsne les- íouiFrent aucunement» , &c qí’ils leur deft'endent leur Cour ^eom~ me fic autſes-fois Doirnnan rqui voulut qu’on les bannit de Rome); difant que c’estoir les irriter que de ne les punir pomt. Pour ccttp