Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/1171

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


4e vâtncrt l’Envie. 317 le plus attaché à la foibleíle des hommes j à cauſe de leur ardcnte passion envers les choſes du mon- de ; neanmoins comme c’cst le pro-* prc du Sagc de ſe reſoudre à la Pa¬ tience , &c du Prudent, de laisser les Envieux tels qu’ils ſont, ainsi n’apparticnt-il quaux perſonnes vertueuſes , ôc qui doivent à leur propre merite le rang qu’elles ont pardeíſus le commun , de ne s’c- tonncr point si les méchans les en hayíſent. Car elles ſont aíſcz ven- gées j ce me ſemble, de voîr que tous ces traits de malice tournent la piupait du temps contre les Traistrcs. Puis que c’eíl en vain qu’on por- te envie ì eeux qu’il plaist à Dieu elever}& queſonaide metà cou- vcrt. Ufaut remarqucricy, qu’cn- core quil y puisse avoir divers jnoyens dc n’attircr point ce vice l>r soy, l’on en trouvera pourrant • deuxprincipaux, si lon considere G g iij