Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/1184

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


37 ® Sé/f'dfait toujours bien ejperer rarc doneicy l’eítac des Chrestiea* à un grand Navire , qui est si fott agité des vents & des vagues, qu’il court fortune d’en estre englouty, (i Dieú he calme cette temceste. II ne faut pas douter au reste, que le Navire ne íoit un Symbole d’u- ne Republique , & que ces feux jumeaux qu’on appelîe vulgaire* tncnt Casîor & Pollux, n’en ſoicnt un autre de l’Eſperance. Pour le premier , nous en avons diverſes preuves dans Ciceton , comme quand il dit 5 Embanjue toy ,Jì ttt veux avec nous , d? ne feìns poìnt de te ranger à la foufflc. Tout ce qu’il y a de gtns de bien icy , est dans un mſ- me vaifſeau , dont nous taſchems à tenir àroit le gowvernail s (F vi'ùillciìt les Dieux que la route en fiit heuretb ſe. II ſe ſert de cette mcfme Alle- . gorie contre Pifon , qu’il reprend de cette ſortej Ne t ìmaginepasfol- Itment que je fiis homm è mépu- •venter, ny À craindre cette sturcillffl*