Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/148

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


disgqurs- XVII. , ne pense pas qu’il y ait rien! A* .\tV\tI\t*11'^ publique , que robſervarion des' Loix; Les hommes les doiventr i donc bien reverer, & meſme les i craindre,àcauſe de leur Autheur , 1* qui eft Dicu , & du granà profic qu’elles apportent à tout le mon- de. Auffi est-il vray que pour les 1 mieux imprimet dans l’eſpnt des hommes ) & les rendve plus ve- rterables, les R.oys & les Ancicns Legistatcurs leur firent acctoire , jg qu’ils les avoient rcceuës de lamaia neceífaire à la tranquillitc i- ,.\t111\tiNuma-rompi- hus pubha par tout, que la Decf- ^ Egene les avoit jointes à la ï\t.\t\t' «VU W lAaiiAl des Dteux. Ainsi Numa-Pomp