Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/150

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


f , jfat'îlfiuitébeyfàiixLMXt I4T íorme , selon les plus do&es -,bien Que neantmoins la corne ſoit un Svmbole de .preéminence & d’au- thorité dans les Saintes Lettïes, Etant donc certain y; que par la force des Loix , les efprits des hommes ſont tenus en bride , 6C détoumez du chemin des Vices, pour ſuivre la route des Vertus ; il est du devois du bon Prince , de n’enfaire aucuncs qui ne ſoienc bonnes , èc qu on ne puííſe obſer- ver : car les chofes iniustes ne doi- vent point paífcr pour Loix , & nul hy est obligé. ,Ce qui fait dire à Pîutarque qu en ce qu’on ordonne , il faut qu il y ait de la facilitc , pours’en pouvoit acqurtter. Et dautantque “ft Peu de chose de flitc Vs L 'M cel"ïqui les a instituécs “elesdefend.&neles obſ«« ! °u meſmcs s il\t1\t* S“Ì«sneles,JeT i lefqUCfa lePtincevtiœneL\t1\tt<'l,e ï UCflne la mam, & qu’ii N .