Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/174

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Cadmìntjhdtìon de h lufltci- a des ſiecles paífez l’ont ainû. obíer- vé -, de l’integrité dcſqueïs je me contenteray de produire ces deux illustrcs exemples. Le premier est: tiré de la vie de ce grand Marius, que les Romains éleurentſeptfois Conſul. Etant appellé par eux rnê- mes, pour être fait General d’Ar- mée , durant la guerre des Cirn- bres , il honora de la charge de Tribun un de fcs Nevcux , qu’il ſçavoit estrc homme de cœur, mais qui ſe laiíſoit vaincre à fes pìai- ûrs , ou pour mieux dire, à fes ſenſualitez tout à- fait-brutales. Comme il devint donc paffionné- ment amoureux d’un jeune ſoldat, quon appelloit Caius Plotius , il le ſonda premierement , puis se ■ ecouvrit a luy -, & fc VOyant rc- bute 3 ìl fe fervit du commando ment qu il avoir ſur luy pour em- voir'e P ïce ce qu’dnepou- tWm ÎP Priercs’ Le ílra- c;fi,tteUifwapppd'«i«