Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/191

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


iî>£ De la VìgiUnu ; cS leur apprcnpicnt qu’il faloit a.;rf 6c que s’il y avoit quelque obfa de à romptc dans leur* entrepíjì les , ils ne le pouvoient faire m. trement cjlic p3,r lâ diljgcncç, £[|ç ſeule ausli fit Agathocles R0y (jc Sicile , de ſimple Potier qu’il ëtoit auparavant ; Et ce fut elle-mcſme cncorc , qui ſe plus à distribuer i les Soeptres Sc les Couronnes ì deux des plus grands Princes du monde, pour recompcnſe desſoins quils luy rendoient, Sc de l’arden- i . te paffion qu’ils avoient pour elle, | Le premier fut Alexandre , ce Guerrier invincible, Sc ccfameux Conquerant de la meilleur partie du monde. Si quelque choſe luy £t gagner des batailles, prendre des villes, Sc s’astujettir des Na- tions que perfbnne avant luy ni-. voi t encore domtécs ; ce ne fut pas jant la force de ſes Armees, que cclle de ſon eſpvit, toujours agiſ- £mt i Sc qui nctoic pas si prompt