Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/204

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


mjemégm.èc. peu de vieux fing qui me refie, j aye deelm Znnmy de k’Reyublìque le mdeureux Màfius, qui en a toujours esté le dejfenſeut, & de toute l’ItÀlie: Cette force d’efpnt fu't grande, à* vray dire j Ex toutesfois beaucoup' moindre que celíé de 1 invincible Caton. Je laiffe à parf les'té moi- gnages de faconstance, qui eclat™* terent dans les plus tendres an- nées, pour m’arréter à ’ crois on' quatre preuves bicrc manifestes' qu’ìl enrcndit en* l’âge' virU. -La- ptemiere fut au temps de Metel- liis , lors qu’étant nouvellemenc crce Tribun du peuple , il vouluc1 la Republique. Mais Gaton ne le pouvant. ſouffnr} sNxviſa de le prc~ * faire quclques Loix pêrnicieuſes* à ‘ venir accortement, & reſolut de s y oppoſer. Le Trihnn r/>npna.„.