Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/299

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


^ vìttprìssobremsnt des lettres : Tcls Mercurc & Vc, 1 ritis, parcè que les charmes dudiſ, cours contribuent ínfiniment aux douceurs' du nnvriii^c, 1 elles en* eore la Deesse de la Perſuasion, le® Graccs, à cauſe du merw.. veillcux pouvoir qu’elles ont de * faire obtenir aux Amans ce qu ils deGrent avec paflìon. Et tels pa- reillement Bacchus & Minerve > tous deux compris dans cét Em- blêmc, & que les Anciens ado- íoienc enſemble , afin de montrer par là, que le ’vin ne reveille pas- ſeulement l’eſprit , mais qu’il au- gmente beaucoup la Prudence, si on le prend ſobrement. Pline dit, qu’îl fortife U chaleur mturelle * & par une vertu fimtte r il inſptre dans le fangje ne Jçay quel- le vigueur, qui pajfe a Unttndment. Platon rapporte le meſme dans ſon ſccond livre des Loix , ou il ap? pelle le vin, une flammecheèhſprit, une antorce à la vertu. Tcl est en-