Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/383

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


37$ £)ue ce qui estparvenu afista ou reposoient les os de leurs Me- rcs. Mais ils ſceurent enfin. que la ' Terre étoit la commune Mere de tous , & que par ſes oíſements il falloic entendrc les pierres. Cette Fable nous ſemble dé- couvrir un gvand. sccret de la Na- ture , & corriger une erreur, qui n’est que trop familiere aux Eſ- prits des hommes; Car l’Ignoran- ce les porce ordinairement à croi- rc , que les choſes ſe renouvellent par le moyen de leur putrefaction, comme le Phcnix renaist de ſa pro¬ pre cendre. Mais pour moy, je ne penſe pas que cela ſe puiíTeen au- cune ſorte , veu que telles matie- res font deja parvenuës au bout de leur courſe , & renduës entiere- ment incapables dcſervir de prin- cipes aux meſmes choſes. Ccst pourquoy , le meilleur eft de rc- tourner en arriere , &£ de rebrouſ- ſer vers les principes qui font les plus communs.