Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/470

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


■fert de femtìk&l Awottr, toít fait de sa vie , elle luy dff 5les dermers adieux ; fic apres avoir .aïtoCé ſoncorps de les latmcs, el¬ le le cacha fous deslaituës sst nous croyons aux vcis quen a fait la poëteíTe Sapho. Athenée en dit de me (me, & tn tend une taifon fort vray- ſemblable , qui cst, que ceux qui mangent ordinairement des lai-’ tuës, ſc ressentent de leur quaìi- té , qui est cxtremement froide ; & que leur complexion amoureu- ſe en est de beaucoup diminuée. II nous est donc enſeignc par cét Emblême , qu’il faut retrancher ' de notre façon de vivre, non feu- lement les viandes fupcrfluës , mais encore celles qui peuvent ir- riter, on cntretenir en quelque taçon que ce ſoit, les voluptez deshonnêtes. Car il n’est pas \ croire xombien a d’empire ſur ■> Sobrieté qu’on a tour- “““^búu&.fccombicnd-