Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/534

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ïìf cur $ Scrì't m frlnct* } 'imu Ofìcrs à Royfin mitctp drmil les retenoit a [on ſervue, avcf les rncſmes henneurs & les meſmes gt • ges qu’ils Avoient eus. Dequoy il ne faut pas s’étonner » puis que la Vertu ſe cróit toujours en ſurete : & que par conſequent elle fepro- met que les choſes qu on luy doit legitimement s luy ſeíont.auf- si legitimement renduës. Or ce n’est pas ſeulement par l’exemple des plus grands hommes, que naus íhmmes invitez à la Clemence ^ mais par celuy encorc des Bestes irraiſonnables. • Jljìíjjit a» Lion, $ avoir gortem ttrrc. Ceux qui luy pont U guerre : i on afkr l'Imtmi témoìmê (à vertu ■ £uandilestàktuy c'ejlìmiter des Oms l’infitiMera»e Jfye eſainter le carmrt,\t* Dans eet Embleſme donc, par de dew qU> ^ l un dc ſes Piedà chien S a«e ſur ™ petit , - uous est signifiée la Cle, L iiij ;