Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/63

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


5? Jpue ÎEloquence\tj titre d’Eloqucnce fut infeparable \ d’avec celuydeSagc, deVaillant & de Courageux. Auísi apprit-il 1 toutes ces belles vertus à ceux dè \ ſon pays , qui les cultiverent ſoi. gneuſcment,& qui furent en outre | u non feulement Eloquens , mais i fort fçavans dans la langue Grcc- que. Sur quoy l’on peut remarquer encore , avec les plus grands Eſ- prits de l’Antiquité , qu’Hercule fc fist moins coníiderer par les for- ces du corps , que par celles de l’Efprit, & que ce qu’on nous ra- conte de ſes douze travaux , est pour nous marquer un excellent Ghef - d’ceuvre de vertû , qui tìe; peut s’accomplir en l’homme,quc par une grace du Ciel toute ex- traordinaire.