Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/638

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


& U feìnte Reltgion. lesfíypêcrites, qui ne [ont devoisq» en ì® mmnce. Ctr ils fdgnent âestre ce ® m'ìls ne [ont , & n’ontrten de ® çhnfiien que le now. La rauíle Ke- ligion est donc a blamer 3 autant ® Que la vtaye cft loiiable c Et tou-' tesfois , comme l’a fort judicieu- t-; femenc remarqué Lipfe de quel- t» que façon qu on la eonſidere, il y ffl' a toujours à craindçe pourles.mal- f aviſez , dautanc qu’elle est cora- à me placée entre deux Eſcueils , c» qui (ont la ſupetstition & l’Atheïſ- K1 me. A raiſon dequoy, ajoute le Itf meſme Autheur , il est neceíſaire i!i; de ſe tenìr ſurſes gardes , &évi- !j; ter lun & lautre. Cette coníide- ration me touehc infiniment , &c it- jay pitie de la condition des hom- Çí mes, ou de l’mpùpance humaine. |i; pour uſer des termes de Plutar-