Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/685

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


■^7^ I)c l<ty/ttietice dans les iùHitrnerr/ ^ te , on ſe saisit de Lionne , qu’ôn * mit austì- tost a la torture ^ pour luy faire découvrir ,s'3il estoit poffible tout le deíſein des Conſpirateurs^ .'Mais de quelques violans fuppliecs dont on uſât, pourla contraindre à dire la verité , on ne pû jamais . tirer d’elle la moindre parole , fi bien qu’eíle mourut áinlì rcſoluë au milieu des geſnes & des tour- mens , dont les Bourreaux fc laſ- ferenc. Les Atheniens cependant donncrent des applaudiflemens à ce courage invincible : & comme cette action n’étoit pas commune, àuíïì en voulurent - ils laisscr à la Posterité quelque marque extraor- dinaire. Car pour empécher que le Temps ríen effaçast la memoi- reils firent ériger publiquement une Lionne de bronze , ÔC voulu¬ rent qú’elle n’euít point de langue. Cét exemple de Constance eft mi- raculeux , à vray dire , 8C ce n-est pas ſansraifon,que Tcrtuliendans