Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/714

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


.. r ^ bìtft VniîUfíít» 5®T áat que lors quil seroit Empe- leur il se souvint d’entretenir la paix avec les Vandales. A quelque ïemps dc'là, Theodoſe Jvenant a jnourir, ſâ Sceur Pulchcriechoilic Marcian, 8c pour Empereur , & pour ſon mary, à condition nean- moins , qu’il ne le ſeroit que de nora , ſans toucher à ſa virginité, quclle avoit voiiéc à Dieu. Par tous ces exetnples, & particulie- rement par ce dernier , que j’ay deduit un peu au long parce qu’jj|| n’est pas commun , il paroist viftj- blement , qu’avec beaucoup de raiſon l’Aigle a toujours esté pri- ſe pour une marque d’honncur, 8c de preéminence, puis qu’en cét Oyſeau il y a je ne fçay qu’elspre- jages ſecrets de la Fortunc des hommes. Mais elle est fur tour de on augure aux gens de guerre qui pour ce ſujct en faifoient anl oaaaaait la princjpale le la P k glorieuse de leurs Enſrigues aditaircs, ' Cci. °