Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/754

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


347 DISCOURS XLI. m’ilfaut farâonntr les offertes. IL n’cst point de tromperie si dan- geurcuſe que celle qui ſc dcguifè d’un faux maſque d’Anntic. Elle est d’autantplus à craindre, que les apparences en ſont flattcuſes , &C les effcts ruïncux. Car il n'cst rien si facile que d’cstre trompc par un mauvais Amy, quand il arrive que nout laiíſant amadoiier à ſcs bcllcs parollcs, nous luy ouvrons noílre cœur, éc que cepcndant la confî- dence où nous croyons estre avcc luy , le diſpoſe à nous trahir , ÔC ſert d acheminement à fa perfidie. Quoy qu’il en foic neanmoins, tant plus cette offence eft grande, tant plus il y a de gloire à la pardon- uer , a ne s’en point venger ,