Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/758

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ofìlfíutpardonner les offences. porte les precaudons ncceílaires,&: qu’il le fouvicnnc de ces parolles de Seneque , Si tu *voìs que celuy qui t’d fdſche j fiìt glusfoible que toy, ttrdoifne luy volontiers j que s íl ejl flusfrrt, pardonne à toy-meſme auf- fi, comrne dit Forc bien Ciceron,' (tttx qtii eberchent à vengtr les inju- res qu’on leur a faites aiment mìeux mtenter leur pajfio» , que ſervìr leur fitrìe. Mais quantaux injurespar- ticulieres , on a.toujours appcllé ſagefTe & accortife de les pardon- xier,ou de les diílimuler du moins, pour l’íimour du public. Je diray avec Seneque ; quil rìaypartient qu'aux gnnàs courages de les ſouffrir, puis quiln’y a. riende fi gloneux qu un îrmce ìmpunement ojpencé. Je rap- porteray à ce propos rexcmpledc Camille , perſonnage , s’il en fut jamais, d’une illuftre repmation & ? qui lon donna justement le nom de Romulus, comme s’íl enc eûe ſecond fondaicur de Rome >