Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/77

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


^ EidtJe waìntìent «qu’il est, que par de la Justice , û déracine ce qu nuit a la Paix^& pareillenaent par le mo^en de la discipline militairc il détruisc ce qui empéche le pro* grez de la guerre. II ne faut p« douter qu’il ne vienne à bout de tous les deux cnſemble , s’il étu. die souvent l’Histoire de ces grands Hommes , qui par les Armes & par les Lettres ont fait fleurir les Etats ,• & íi pour bien gouvernei le sien , il n’appelle à ſon Gonſeil que des perſonnes qui ſcaçhcnt faire valoir ces deux talens. Pout le premier , il est tres-certain qu’il ne ſçauroit s’en paíïer , puis que par la force ſculcment, &parl’a* drcste de ſes ſoldats , il peut de* fendreſon païs} & le mettreà cou- vert de la violence des Etrangers. Avssi n’est-ce que pour cette fin, qu’en leurs premieres années, les Crcntils-hommes font dreíſez au inaniment des armes , à monter a cheval,