Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/788

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DISCOURS XLVI. U îowtttc roppofi a la Tottune des hons Efyrìts- LA plainte que fait icy ce jeu¬ ne Ecolier >n’est que trop com- mune a la pluſpart des hommes de Lettres, qui ne demeureroienc point dans la botìe , comme ils ſont , s’ils avoient dequoy s’avan- cer, par les grandes connoiíſan- ces qu’iîs s’acquerroient dans les diſciplmes humaines*, ſe rendroient capables un jour de s’élevcr aux charges publiqucs. Mais le mal- heúr est, qu’à faute de commodi- tez, ils ſe ,trouvent dans un La- byrinte , d’où il leur est impoífi- ble de ſortir. ctux qui fint •vtrtHeux , dr pauvrcs de naìjptfcc, - X#\t•#\t* 1 u}