Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/831

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


tffenfflfwsonnti>&c' *7 ’ hommes, & leur apptendre com- bien la ſuperbe cst deſagreable a Dieu, ils ont dit que les pcrſonnes ſujettes à cevice attiroient fur elles lamaledi&ion du Ciel. Aufliest-ce pout cela que par le nom de Ne- meſis, ils ontentendu cette imagi- naite De'ité dont nous parlons, qui preside, comme j’ay dit, au châti- ment & à la vengeance. II faut re- marquër à ce propos, avec le ſubtil Philoſophe Ficin, que tons les hom¬ mes en general ont en eux-meſmes quatre choſes fort considerables , qui ſont la Loy , le Jugement, la Justice, & cette Nemesis dont il eft question. Chacun de nous porte en % l’exemple de ces choſes, & il ne tjent qua luy qu’il n’enuſe cotnmq? u taut. II a en l’Entendement la Loy , qui luy apprend re qu’il luy taut taire, oune faire pas, c’està dire Qifterence de la vertu d’avec le ^ice. II a enla raiſon fc Juoçmcnr

^\tconno^e ce qu’il y ^

B ^