Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/849

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


. MPYesentécs parkckuvc-Soury. 3Î' >ì ne la peuvent lamais uouver. En quoy ils ne ſuivent point 1 e- xemple de Socrate , qui pour n e- tre pas blâmé de reprcndre les- Ignorans 5 avoit accoututne de ui- rc, J^ue U ckíſc du monde qu il ſçA~ njoìt le mieux, cejioit quìl nefcavoit rien : bien que neantnaoins Apob* lon mcſme l’eût estimé le plus ſça- vant, & le plus ſage de tous les Philoſophes. Ce que cet excellent homme n'cût pas dit vray-ſembla»- hlement, avec un si grand mépris de ſoy-mefme, s’il n’eût bienveu que la Philoſophie humaine ría* voit ſans doute rien de certain,, ny de verìtable. Car de croire comme ſont quelques-uns , qu’il ſe fut fait ignorant , pour de là tirer avantage de renrendrç ceux rét°vient’ c c^ à.monav-is unc c oſe , a laquclle il n’y a aucune apparence En effet , commc il di- on fans flatterie , que les hom¬ mes ignoroient tout , va cauſe que