Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/851

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


.npresentksmrUchmw-Soury. $7\t. pas à la Trompeue , comme dic fort bien l’Oraclc de la Sapien- ce divine. Tels hommes çehdes láches i doivent- eítre deteftcz., fcfuys de tout le monde. Quelle aflkurance pcut^on mctttc cu cux riayant ny foy ny patole? qui peut douter qu’vls ne trompent les au- tres, puis qu’ils ſe ſont premiere- menc trompez eux-meſmes ? car s’ils aimoient cant ſoit peu la Ve- rite , ils feroient en ſorte de n’a- voir commerce qu avec ceux qui la chetiiïent , 8c na trahiroient ja- rnais leurs ſentimens , pour ap - prendre ceux des autres , afin de s’enſervir à leur nuire. Mais apres tout, quel bien leur en revient-

il ? En ſont-ils plus enrepos, & les

en estime - t’on davantage ? Rien moins : Au contraire , leur mau» vaiſe conſeience les geſne ſans c el¬ le, & ils ne paffentenfîn que nour Imposteurs dans ropimon ds wut e monde, qui i*e les croìt jarnais,