Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/859

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


s De U Conpnci ùns.ks Tu'ûâtix. 4Í' 1 crate ne parla jarcvaìs íì bien de a. Philoſophie y qu’un peuavant que mourir , bt quavaler \a Ciguë. Mais quoy que tous ces exeniples de Constancc fussent admirables, j’oſe dire pourtant que ceux du grand Fabius le furenc encore da; vantage. Cét exceilcnt homme ayant racheté de ſes propres deniers les Efclaves qu’Annibal avoit pris ſur les Romains -, fut si peu re- connu de ce bon office, que le Pu- blic ne luy en voulut jamais tenir compte. II n’en dit mot neant> moins , necroyant pas qu’à moins que de fe rendre coupable , il luy fut permis de murmurer eontre ſa Patrie , qu’il reconnoiíloit pour ía bonne Mete. A ce ſu jet de fe plain*- dre , en ſucceda un autre, par l’in- gtatitude du Senat , qui vouluc que Minutius eutla même autho- ‘5".luy'11 nc ſc„fkha P« pout.