Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/917

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


  f)t U Solttudt. ( f

ító\wer icy bas vne.çroſperite qui ſoit de dutée. C’cst le conſeil que donnc Saint Cypnena ſon amy Donat, quand il le prie de s ìma- giner qu’il est au ſommec de quél-- que rocher qui s avoiíìne dtì Ciel ;■ d’où il dccouvre les affl.i£bions^& les tttal-heurs de lat terre : d’cà il void tous les ehemins remplis de Voleurs,, & toutes les mers pleines de Corſaires :& d’ou, mielqúe part qu’il tourne ſes yeux , il n’apper- çoit que trahifons & que vilenies, qu’ìn jures & que blaſphémes, que fcditions que meurtres. Par oìv il conclud en faveur de la Solitude Que ceux à qui Dieu a fait la grace d’y pouuoir vivrc , l’en doivent re- mercier a tout moment, puis qu’el- Je leur est un lieu de ſeureté contre les dangers & les difgraccs du mon*