Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/940

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


itc Que u CImenct fìitestimer. estant mort, & Loiiis appcu' ' la Couronne , futauffi,tostco îiſé de quelques particuliers r' I Pavoient toujours scrvy* dans^f I jnauvaiſe Fortune.Parmy ceux-c1 1 il s’en trouva un , qui s’aviſa Y I luy demander la confiſcation d'un Bourgeois d’Orleans, qui S‘ét0jt ouvertement declaré contre Loiiis Mais ce Prince genereux , ríesti! mant pas juste de luy accordertía lequeíle ; Demander moy.quelque tre chofi , luy dit-il, & je vousn-. ionmìHray. Pour celle-cy , je ne tuìi ’vous Voîíroyer : ■ car il Jìeroirml 4» ' Roy de France de 'uanger/injurefaìtem Duc d’Orleans* Par où. il vouluc doiu jier à connoiílre , quil ſe croyoit,î «bligé dè changer d’humeut , en changeant de dignité. Cela ne luy íembla pas astez encore ; &: par une extraordinaire grandeur de- courage il déclara publiquement, Quil rïentendoit foint changer le Con- Jeil ny les Gardes > non plus que les: