Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/967

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


.\ton de ïfnìon mtMelle•\tfU 'eorps ſc porte mal. Au contraire, ,*il v enaquelqu’un deretranche', tous les autres s’en resscntent y 8c deperiíTent cnfin- Geux qui lont un baftíment , ont beau joindrc une picrre à l’autrc, avec ſymtne-* ttie. Celane#leut ſert de fien> s’ils n en cimentènt les ouvertures avec du plastre, pout faire que l’édifîi ce íubsiste. De cette meſme fa* çon , il est impoffiblè de rendrc le bien public de durée, autrcment que pat la Concordê. C’est elle qui , luy l'ert de citnent, &: qui en fait j, la liaiſon, Elle cst une Eorteref- ^ ſe imprcnable , où les Grands & ,f les petits, les Citoyens & les E-. jf. trangers} les Amis & les patens, i Je pour le dire en un mot, tous ^ les hommes du monde ſont à cou-

ií V,ertrT TCS ſortes de violences,

t %sihus le voulut ainſi donner sï \é COnnoiftre, > que quelqucs-un? ^ ï- Ia Capuale de ſon Royay.