Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/989

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


's De faémtmpAtUn ât ^ lujlìce* grand^quinelai&ÌamaislEqui; té ſans recompcnſe , nV i mjusticc ſáns punition. Cette constàeration est digne d’eux , & particuliere- ment des Princes,que Dieuamis dans le Thiône , pour juger la tet- rè , cornme dit le Roy Prophete. Austi l’Antiquité ne les a jamais tant loìiez d’aucune choſe , que d’avoir été justes. Et il fè remar * que dans l’Histoire , que Trajan le fut à un point , qu’ay-ant un jour fait venir à ſòyle premier Ca- pitaine de ſes gardes, & tenant en main une Epée nuë •, comme un* simbole de la Justice : Prens cette Ffee j luy dit-il, & t en Jers pour ma dejfenfi ,fi tu vois que je fafſc des ac- fns dignes de Cefir : Ánon , à contre moj-mcfme. L’Empereur Berdinand rfctoit pas moins juste ^Ue UY > ^ disoit ordinairement ces P iiij