Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 2.djvu/223

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

ouragans, des tourbillons de neige aveuglaient les hommes et effrayaient les chevaux ; ce qui détermina le Roi, par commisération pour ses gens, à s’arrêter et à coucher à Nimmusats, première poste prussienne, à un demi-mille de Polangen. Le Roi, ainsi que madame la duchesse d’Angoulême, y furent très-mal, à cause du local très-resserré de l’auberge.

Le 27, le Roi n’est parti qu’à deux heures et demie de Nimmusats (trois milles), pour n’arriver qu’à la nuit tombante à Mémel. Sa Majesté y est effectivement arrivée à cinq heures, et est descendue chez la dame Klein, dont la maison avait été louée d’avance pour recevoir le Roi.

En arrivant sur le territoire de Prusse, le Roi a quitté tous ses ordres et a pris l’incognito le plus sévère, sous le nom du comte de Lille, et Mme la duchesse d’Angoulême, sous celui de la marquise de la Meillerage.

Quoique son arrivée n’eût donné lieu, à ce qu’il paraît, à aucune instruction du gouvernement, M. le comte de Lille a été reçu à