Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 2.djvu/314

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


plus d’activité à ses colonnes et de vivacité à ses attaques.

Le vicomte de Scépeaux battu à Auverney, surpris à Saint-James, défait à Saint-Sulpice et près d’Ancenis, ne voyant plus d’autre voie de salut que dans une prompte paix, assemble de nouveau le conseil. La sûreté des émigrés, celle des chefs, la liberté du culte, l’exemption de la réquisition, la conservation des armes : telles sont les bases qui sont posées pour régler la capitulation.

La vicomtesse de Turpin, qui assistait au conseil, reçut pour traiter des pouvoirs du vicomte de Scépeaux, datés de Vritz, le 1er mai 1796, conçus en ces termes :

« Je donne pouvoir à madame de Turpin de traiter avec le général Hoche, sur tous les articles qu’elle croira avantageux à l’intérêt général du pays. Si quelques articles souffraient des difficultés et qu’elle n’osât prendre sur elle de les lever, madame de Turpin voudra bien m’en faire part, afin que sur-le-champ je prenne