Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 2.djvu/338

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


prise d’armes ; qu’il était envoyé pour venir apporter leurs ordres aux chefs persécutés, et qu’il priait madame de Turpin d’inviter MM. de Scépeaux, d’Autichamp et de Suzannet, à se rendre au quartier-général de Georges Cadoudal, dans le Morbihan ; que là, il attendrait ces messieurs, et qu’il espérait bien que cette campagne, si l’on ne pouvait l’éviter, aurait un résultat favorable pour la France, et qu’elle amènerait enfin le rétablissement de la monarchie et de la maison de Bourbon.

Cette dépêche fut très-agréable à madame de Turpin ; mais elle fut sans effet, cette dame n’ayant point trouvé à Angers, où elle rentra secrètement, les chefs convoqués par M. de Châtillon ; chacun d’eux était parti de son côté sans avoir eu le temps de se concerter. Le premier général royaliste qu’elle rencontra le lendemain, aux environs de Segré, fut M. d’Andigné, qui, apprenant sa persécution, et proscrit lui-même, vint la voir et s’entretenir avec elle des intérêts de