Page:Beaugrand - Lettres de voyages - France, Italie, Sicile, Malte, Tunisie, Algérie, Espagne, 1889.djvu/288

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
291
LETTRES DE VOYAGE

arrêter seulement à Madrid, à l’Escurial et à Burgos.

Tolède, ancienne capitale de l’Espagne, occupe une grande place dans l’histoire du pays, tant au point de vue politique que sous le rapport religieux. Elle reste, quoique bien déchue de son ancienne splendeur, une des villes les plus intéressantes de la monarchie. Bâtie sur un rocher que baigne le Tage, Tolède, la « mère des villes » est encore ceinte de ses vieilles murailles crénelées, dont les portes et les tours sont très remarquables. L’intérieur de la ville, labyrinthe des rues étroites et tortueuses, offre le plus vif intérêt, en raison des innombrables beautés architecturales que l’œil y découvre : colonnettes, ogives, arabesques, etc., appartenant à l’époque des Goths, des Musulmans et des Juifs, ainsi qu’aux siècles chrétiens. On y trouve aussi des restes d’une voie romaine, d’un aqueduc, d’un cirque, etc. La Cathédrale, commencée sous le règne de Ferdinand-le-Saint (XIIIe siècle), église primatiale de l’Espagne, est l’un des plus beaux et des plus vastes monuments gothiques du monde. La façade est majestueuse et l’intérieur, composé de cinq vaisseaux que soutiennent 88 colonnes et