Page:Beaugrand - Lettres de voyages - France, Italie, Sicile, Malte, Tunisie, Algérie, Espagne, 1889.djvu/30

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
33
LETTRES DE VOYAGE

çais pour bien se faire une idée des sentiments qui existent en France envers l’Allemagne et des tracasseries journalières que le gouvernement de Berlin suscite à tout ce qui est français.

C’est vraiment à n’y pas croire, et l’on se demande comment un gouvernement qui se respecte et qui prétend marcher à la tête de la civilisation moderne, peut descendre à ce rôle de mouchard provocateur que joue M. de Bismarck vis-à-vis de la France.

Le Matin publie cependant une dépêche de Vienne qui semblerait confirmer les bruits d’après lesquels M. de Bismarck prépare sa retraite définitive : — « Dans peu de mois, peut-être dans quelques semaines, M. de Bismarck laissera son poste de ministre des affaires étrangères à son fils, et, à ce moment les autres postes occupés actuellement par le chancelier seront distribués à quelques personnes dont le choix n’est pas encore arrêté définitivement. » Cette nouvelle, dit le correspondant du Matin, a été lancée pour ainsi dire par M. de Bismarck lui-même. En effet, le comte de Moltke, en parlant ces jours derniers au général Bronsart de Schellendorff, lui a dit : « Je viens de recevoir une lettre