Page:Beauvoir - Les mystères de l’île Saint-Louis, tome1.djvu/17

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
11
LES MYSTÈRES DE L’ILE SAINT-LOUIS

son antique robe de splendeur ! L’hôtel Lambert abrite une royauté déchue, une famille décapitée d’une partie de ses revenus par l’empire russe : l’hôtel Pimodan devrait se voir un jour converti en un musée où s’abriterait le génie de Lesueur. Les toiles de ce maître peupleraient la nudité de ses grands murs. En 1832, nous signalâmes des premiers, dans la préface d’un roman[1], l’hôtel de Cluny à l’attention des artistes ; le gouvernement vient d’en faire l’acquisition. La fortune des particuliers est impuissante à relever des monuments de pareille nature ; leur parcimonie devient une faute. Signalons seulement ce fait : Paris ne possède plus à cette heure que trois hôtels dont la conservation étonne, l’hôtel de Soubise, l’hôtel Lambert et l’hôtel Pimodan.

  1. L’Écolier de Cluny.