Page:Bedier - La Chanson de Roland.djvu/108

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Ne France dulce ja cheet en viltet !
1065Einz i ferrai de Durendal asez,
Ma bone espee que ai ceint al costet :
Tut en verrez le brant ensanglentet.
Felun paien mar i sunt asemblez :
Jo vos plevis, tuz sunt a mort livrez. » AOI.

LXXXV

1070« Cumpainz Rollant, sunez vostre olifan,
Si l’orrat Carles, ki est as porz passant.
Je vos plevis, ja returnerunt Franc.
— Ne placet Deu, » ço li respunt Rollant,
« Que ço seit dit de nul hume vivant,
1075Ne pur paien, que ja seie cornant !
Ja n’en avrunt reproece mi parent.
Quant jo serai en la bataille grant
E jo ferrai e mil colps e .VII. cenz,
De Durendal verrez l’acer sanglent.
1080Franceis sunt bon, si ferrunt vassalment ;
Ja cil d’Espaigne n’avrunt de mort guarant. »

LXXXVI

Dist Oliver : « D’iço ne sai jo blasme.
Jo ai veüt les Sarrazins d’Espaigne :
Cuverz en sunt li val e les muntaignes
1085E li lariz e trestutes les plaignes.
Granz sunt les oz de cele gent estrange ;
Nus i avum mult petite cumpaigne. »
Respunt Rollant : « Mis talenz en est graigne.
Ne placet Damnedeu ne ses angles