Page:Bedier - La Chanson de Roland.djvu/110

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


1090Que ja pur mei perdet sa valur France !
Melz voeill murir que huntage me venget.
Pur ben ferir l’emperere plus nos aimet. »

LXXXVII

Rollant est proz e Oliver est sage.
Ambedui unt meveillus vasselage :
1095Puis que il sunt as chevals e as armes.
Ja pur murir n’eschiverunt bataille.
Bon sunt li cunte e lur paroles haltes.
Felun paien par grant irur chevalchent.
Dist Oliver : « Rollant, veez en alques :
1100Cist nus sunt près, mais trop nus est loinz Carles.
Vostre olifan suner, vos nel deignastes ;
Fust i li reis, n’i oüssum damage.
Guardez amunt devers les porz d’Espaigne,
Veeir poez, dolente est la rereguarde ;
1105Ki ceste fait, ja mais n’en ferat altre. »
Respunt Rollant : « Ne dites tel ultrage !
Mal seit del coer ki el piz se cuardet !
Nus remeindrum en estal en la place ;
Par nos i ert e li colps e li caples. » AOI.

LXXXVIII

1110Quant Rollant veit que la bataille serat,
Plus se fait fiers que leon ne leupart.
Franceis escriet, Oliver apelat :
« Sire cumpainz, amis, nel dire ja !
Li emperere, ki Franceis nos laisat,
1115Itels .XX. milie en mist a une part