Page:Bedier - La Chanson de Roland.djvu/112

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Sun escientre n’en i out un cuard.
Pur sun seignur deit hom susfrir granz mals
E endurer e forz freiz e granz chalz,
Sin deit hom perdre del sanc e de la char.
1120Fier de ta lance e jo de Durendal,
Ma bone espee, que li reis me dunat.
Se jo i moerc, dire poet ki l’avrat
. . . Que ele fut a noble vassal. »

LXXXIX

D’altre part est li arcevesques Turpin.
1125Sun cheval broche e muntet un lariz ;
Franceis apelet, un sermun lur ad dit :
« Seignurs baruns, Carles nus laissat ci ;
Pur nostre rei devum nus ben murir.
Chrestientet aidez a sustenir !
1130Bataille avrez, vos en estes tuz fiz,
Kar a voz oilz veez les Sarrazins.
Clamez voz culpes, si preiez Deu mercit ;
Asoldrai vos pur vos anmes guarir.
Se vos murez, esterez seinz martirs,
1135Sieges avrez el greignor pareïs. »
Franceis descendent, a tere se sunt mis,
E l’arcevesque de Deu les beneïst :
Par penitence les cumandet a ferir.

XC

Franceis se drecent, si se metent sur piez.
1140Ben sunt asols e quites de lur pecchez,
E l’arcevesque de Deu les ad seignez,