Page:Bedier - La Chanson de Roland.djvu/120

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Vait le ferir en guise de baron.
L’escut li freint e l’osberc li derumpt,
El cors li met les pans del gunfanun,
Pleine sa hanste l’abat mort des arçuns ;
1230Guardet a tere, veit gesir le glutun,
Si li ad dit par mult fiere raison :
« De voz manaces, culvert, jo n’ai essoign.
Ferez i, Francs, kar trés ben les veintrum ! »
Munjoie escriet, ço est l’enseigne Carlun. AOI.

XCV

1235Uns reis i est, si ad num Corsablix,
Barbarins est, d’un estrage païs,
Si apelad les altres Sarrazins :
« Ceste bataille ben la puum tenir,
Kar de Franceis i ad asez petit.
1240Cels ki ci sunt devum aveir mult vil.
Ja pur Charles n’i ert un sul guarit :
Or est le jur qu’els estuvrat murir. »
Ben l’entendit li arcevesques Turpin,
Suz ciel n’at hume que tant voeillet haïr.
1245Sun cheval brochet des esperuns d’or fin,
Par grant vertut si l’est alet ferir.
L’escut li freinst, l’osberc li descumfist,
Sun grant espiet par mi le cors li mist,
Empeint le ben, que mort le fait brandir,
1250Pleine sa hanste l’abat mort el chemin.
Guardet a tere, veit le glutun gesir,
Ne laisserat que n’i parolt, ço dit :
« Culvert paien, vos i avez mentit !
Carles, mi sire, nus est guarant tuz dis.