Page:Bedier - La Chanson de Roland.djvu/144

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Sun cheval brochet des esperuns d’or mier,
1550 [1507]Tient Halteclere, sanglent en est l’acer,
Par grant vertut vait ferir le paien.
Brandist sun colp e li Sarrazins chiet ;
L’anme de lui en portent aversers.
Puis ad ocis le duc Alphaïen ;
1555 [1512]Escababi i ad le chef trenchet ;
.VII. Arrabiz i ad deschevalcet :
Cil ne sunt proz ja mais pur guerreier.
Ço dist Rollant : « Mis cumpainz est irez !
Encontre mei fait asez a preiser.
1560 [1517]Pur itels colps nos ad Charles plus cher. »
A voiz escriet : « Ferez i, chevaler ! » AOI.

CXVIII

D’altre part est un paien, Valdabrun :
Celoi levat le rei Marsiliun.
Sire est par mer de .IIII. C. drodmunz ;
1565 [1522]N’i ad eschipre quis cleimt se par loi nun.
 Jerusalem prist ja par traïsun,
Si violat le temple Salomon,
Le patriarche ocist devant les funz.
Cil ot fiance del cunte Guenelon :
1570 [1527]Il li dunat s’espee e mil manguns.
Siet el cheval qu’il cleimet Gramimund,
Plus est isnels que nen est uns falcuns.
Brochet le bien des aguz esperuns,
Si vait ferir li riche duc Sansun.
1575 [1532]L’escut li freint e l’osberc li derumpt,
El cors li met les pans del gunfanun,