Page:Bedier - La Chanson de Roland.djvu/150

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


CXXIII

Li quens Rollant tint s’espee sanglente.
1630 [1587]Ben ad oït que Franceis se dementent ;
Si grant doel ad que par mi quiet fendre ;
Dist al paien : « Deus tut mal te consente !
Tel as ocis que mult cher te quid vendre ! »
Sun ceval brochet, ki [oït del cuntence].
1635 [1592]Ki quel cumpert, venuz en sunt ensemble.

CXXIV

Grandonie fut e prozdom e vaillant
E vertuus e vassal cumbatant.
En mi sa veie ad encuntret Rollant.
Enceis nel vit, sil recunut veirement
1640 [1597]Al fier visage e al cors qu’il out gent
E al reguart e al contenement :
Ne poet muer qu’il ne s’en espaent.
Fuïr s’en voel, mais ne li valt nient :
Li quens le fiert tant vertuusement
1645 [1602]Tresqu’al nasel tut le elme li fent,
Trenchet le nés e la buche e les denz.
Trestut le cors e l’osberc jazerenc,
De l’oree sele lé dous alves d’argent
E al ceval le dos parfundement ;
1650 [1607]Ambure ocist seinz nul recoevrement,
E cil d’Espaigne s’en cleiment tuit dolent.
[1609]Dient Franceis : « Ben fiert nostre guarent ! »

CXXV

[1610]La bataille est merveilluse e hastive.
Franceis i ferent par vigur e par ire,