Page:Bedier - La Chanson de Roland.djvu/156

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Mais nel ferez par le men loement.
1710Se vos cornez, n’er mie hardement.
Ja avez vos ambsdous les braz sanglanz ! »
Respont li quens : « Colps i ai fait mult genz ! » AOI.

CXXX

Ço dit Rollant : « Forz est nostre bataille ;
Jo cornerai, si l’orrat li reis Karles. »
1715Dist Oliver : « Ne sereit vasselage !
Quant jel vos dis, cumpainz, vos ne deignastes.
S’i fust li reis, n’i oüsum damage.
Cil ki la sunt n’en deivent aveir blasme. »
Dist Oliver : « Par ceste meie barbe,
1720Se puis veeir ma gente sorur Alde,
Ne jerreiez ja mais entre sa brace ! » AOI.

CXXXI

Ço dist Rollant : « Por quei me portez ire ? »
E il respont : « Cumpainz, vos le feïstes,
Kar vasselage par sens nen est folie ;
1725Mielz valt mesure que ne fait estultie.
Franceis sunt morz par vostre legerie.
Jamais Karlon de nus n’avrat servise.
Sem creïsez, venuz i fust mi sire ;
Ceste bataille oüsum [faite u prise]
1730U pris u mort i fust li reis Marsilie.
Vostre proecce, Rollant, mar la veïmes !
Karles li Magnes de nos n’avrat aïe.
N’ert mais tel home dès qu’a Deu juïse.
Vos i murrez e France en ert hunie.