Page:Bedier - La Chanson de Roland.djvu/176

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


CXLVIII

Rollant reguardet Oliver al visage :
Teint fut e pers, desculuret e pale.
1980 Li sancs tuz clers par mi le cors li raiet,
Encuntre tere en cheent les esclaces.
« Deus ! » dist li quens, « or ne sai jo que face.
Sire cumpainz, mar fut vostre barnage !
Jamais n’iert hume ki tun cors cuntrevaillet.
1985E ! France dulce, cun hoi remendras guaste
De bons vassals, cunfundue e chaiete !
Li emperere en avrat grant damage. »
A icest mot sur sun cheval se pasmet. AOI.

CXLIX

As vus Rollant sur sun cheval pasmet
1990E Oliver ki est a mort naffret.
Tant ad seinet li oil li sunt trublet.
Ne loinz ne près ne poet vedeir si cler
Que reconoistre poisset nuls hom mortel.
Sun cumpaignun, cum il l’at encuntret,
1995Sil fiert amunt sur l’elme a or gemet,
Tut li detrenchet d’ici qu’al nasel ;
Mais en la teste ne l’ad mie adeset.
A icel colp l’ad Rollant reguardet,
Si li demandet dulcement e suef :
2000« Sire cumpain, faites le vos de gred ?
Ja est ço Rollant, ki tant vos soelt amer !
Par nule guise ne m’aviez desfiet ! »
Dist Oliver : « Or vos oi jo parler.
Jo ne vos vei, veied vus Damnedeu !