Page:Bedier - La Chanson de Roland.djvu/192

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


A l’arcevesque en est venuz a tut,
Sis mist en reng dedevant ses genuilz.
Li arcevesque ne poet muer n’en plurt,
Lievet sa main, fait sa beneïcun,
2195Après ad dit : « Mare fustes, seignurs !
Tutes voz anmes ait Deus li Glorius !
En pareïs les metet en sentes flurs !
La meie mort me rent si anguissus !
Ja ne verrai le riche empereür. »

CLXIII

2200Rollant s’en turnet, le camp vait recercer,
Sun cumpaignun ad truvet Oliver :
Encuntre sun piz estreit l’ad enbracet,
Si cum il poet a l’arcevesques en vent,
Sur un escut l’ad as altres culchet,
2205E l’arcevesque l’ad asols e seignet.
Idunc agreget le doel e la pitet.
Ço dit Rollant : « Bels cumpainz Oliver,
Vos fustes filz al duc Reiner
Ki tint la marche del val de Runers.
2210Pur hanste freindre e pur escuz peceier,
Pur orgoillos veintre e esmaier
E pur prozdomes tenir e cunseiller
E pur glutun veintre e esmaier,
En nule tere n’ad meillor chevaler… »

CLXIV

2215Li quens Rollant, quant il veit mort ses pers
E Oliver, qu’il tant poeit amer,
Tendrur en out, cumencet a plurer.