Page:Bedier - La Chanson de Roland.djvu/198

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


CLXIX

Halt sunt li pui e mult halt les arbres.
Quatre perruns i ad luisant de marbre.
Sur l’erbe verte li quens Rollant se pasmet.
Uns Sarrazins tute veie l’esguardet,
2275Si se feinst mort, si gist entre les altres.
Del sanc luat sun cors e sun visage.
Met sei en piez e de curre s’astet.
Bels fut e forz e de grant vasselage ;
Par sun orgoill cumencet mortel rage.
2280Rollant saisit e sun cors e ses armes
E dist un mot : « Vencut est li niés Carles !
Iceste espee porterai en Arabe. »
En cet tirer li quens s’aperçut alques.

CLXX

Ço sent Rollant que s’espee li tolt.
2285Uvrit les oilz, si li ad dit un mot :
« Men escientre, tu n’ies mie des noz ! »
Tient l’olifan, qu’unkes perdre ne volt,
Sil fiert en l’elme, ki gemmet fut a or :
Fruisset l’acer e la teste e les os,
2290Amsdous les oilz del chef li ad mi fors,
Jus a ses piez si l’ad tresturnet mort.
Après li dit : « Culvert paien, cum fus unkes si os
Que me saisis, ne a dreit ne a tort ?
Ne l’orrat hume ne t’en tienget por fol.
2295Fenduz en est mis olifans el gros,
Caiuz en est li cristals e li ors. »