Page:Bedier - La Chanson de Roland.djvu/200

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


CLXXI

Ço sent Rollant la veüe ad perdue,
Met sei sur piez, quanqu’il poet s’esvertuet ;
En sun visage sa culur ad perdue.
2300Dedevant lui ad une perre brune.
.X. colps i fiert par doel e par rancune.
Cruist li acers, ne freint ne ne s’esgruignet.
« E ! » dist li quens, « seinte Marie, aiue !
E ! Durendal, bone, si mare fustes !
2305Quant jo mei perd, de vos n’en ai mais cure.
Tantes batailles en camp en ai vencues
E tantes teres larges escumbatues,
Que Carles tient, ki la barbe ad canue !
Ne vos ait hume ki pur altre fuiet !
2310Mult bon vassal vos ad lung tens tenue.
Jamais n’ert tel en France la solue. »

CLXXII

Rollant ferit el perrun de sardonie.
Cruist li acers, ne briset ne n’esgrunie.
Quant il ço vit que n’en pout mie freindre,
2315A sei meïsme la cumencet a pleindre :
« E ! Durendal, cum es bele e clere e blanche !
Cuntre soleill si luises e reflambes !
Carles esteit es vals de Moriane,
Quan Deus del cel li mandat par sun angle
2320Qu’il te dunast a un cunte cataignie :
Dunc la me ceinst li gentilz reis, li magnes.
Jo l’en cunquis e Anjou e Bretaigne,
Si l’en cunquis e Peitou e le Maine ;