Page:Bedier - La Chanson de Roland.djvu/202

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Jo l’en cunquis Normendie la franche,
2325Si l’en cunquis Provence e Equitaigne
E Lumbardie e trestute Romaine ;
Jo l’en cunquis Baiver et tute Flandres
E Burguigne e trestute Puillanie,
Costentinnoble, dunt il out la fiance,
2330E en Saisonie fait il ço qu’il demandet ;
Jo l’en cunquis e Escoce e [Vales islonde]
E Engletere, que il teneit sa cambre ;
Cunquis l’en ai païs e teres tantes,
Que Carles tient, ki ad la barbe blanche.
2335Pur cette espee ai dulor e pesance.
Mielz voeill murir qu’entre paiens remaigne.
Deus ! perre, n’en laiser hunir France ! »

CLXXIII

Rollant ferit en une perre bise.
Plus en abat que jo ne vos sai dire.
2340L’espee cruist, ne fruisset ne ne brise,
Cuntre ciel amunt est resortie.
Quant veit li quens que ne la freindrat mie,
Mult dulcement la pleinst a sei meïsme :
« E ! Durendal, cum es bele e seintisme !
2345En l’oriet punt asez i ad reliques,
La dent seint Perre e del sanc seint Basilie
E des chevels mun seignor seint Denise,
Del vestement i ad seinte Marie :
Il nen est dreiz que paiens te baillisent ;
2350De chrestiens devez estre servie.
Ne vos ait hume ki facet cuardie !