Page:Bedier - La Chanson de Roland.djvu/204

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Mult larges teres de vus avrai conquises,
Que Carles tent, ki la barbe ad flurie,
E li empereres en est ber e riches. »

CLXXIV

2355Ço sent Rollant que la mort le tresprent,
Devers la teste sur le quer li descent.
Desuz un pin i est alet curant,
Sur l’erbe verte s’i est culchet adenz,
Desuz lui met s’espee e l’olifan,
2360Turnat sa teste vers la paiene gent :
Pur ço l’at fait que il voelt veirement
Que Carles diet e trestute sa gent,
Li gentilz quens, qu’il fut mort cunquerant.
Cleimet sa culpe e menut e suvent,
2365Pur ses pecchez Deu en puroffrid lo guant. AOI.

CLXXV

Ço sent Rollant de sun tens n’i ad plus.
Devers Espaigne est en un pui agut,
A l’une main si ad sun piz batud :
« Deus, meie culpe vers les tues vertuz
2370De mes pecchez, des granz e des menuz,
Que jo ai fait dès l’ure que nez fui
Tresqu’a cest jur que ci sui consoüt ! »
Sun destre guant en ad vers Deu tendut.
Angles del ciel i descendent a lui. AOI.

CLXXVI

2375Li quens Rollant se jut desuz un pin,
Envers Espaigne en ad turnet sun vis.