Page:Bedier - La Chanson de Roland.djvu/210

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Tedbalt de Reins e le cunte Milun :
« Guardez le champ e les vals e les munz.
2435Lessez gesir les morz tut issi cun il sunt,
Que n’i adeist ne beste ne lion,
Ne n’i adeist esquier ne garçun ;
Jo vus defend que n’i adeist nuls hom,
Josque Deus voeille qu’en cest camp revengum. »
2440E cil respundent dulcement, par amur :
« Dreiz emperere, cher sire, si ferum ! »
Mil chevaler i retienent des lur. AOI.

CLXXIX

Li empereres fait ses graisles suner,
Puis si chevalchet od sa grant ost li ber.
2445De cels d’Espaigne unt lur les dos turnez,
Tenent l’enchalz, tuit en sunt cumunel.
Quant veit li reis le vespres decliner,
Sur l’erbe verte descent li reis en un pred,
Culchet sei a tere, si priet Damnedeu
2450Que li soleilz facet pur lui arester,
La nuit targer e le jur demurer.
Ais li un angle ki od lui soelt parler,
Isnelement si li ad comandet :
« Charle, chevalche, car tei ne falt clartet.
2455La flur de France as perdut, ço set Deus.
Venger te poez de la gent criminel. »
A icel mot est l’emperere muntet. AOI.

CLXXX

Pur Karlemagne fist Deus vertuz mult granz,
Car li soleilz est remés en estant.