Page:Bedier - La Chanson de Roland.djvu/227

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Espaneliz, dix-sept rois marchent à sa suite, puis viennent des comtes et des ducs dont je ne sais le nombre. Sous un laurier, au milieu d’un champ, on jette sur l’herbe verte un tapis de soie blanche : un trône y est dressé, tout d’ivoire. Là s’assied le païen Baligant ; tous les autres sont restés debout. Leur seigneur, le premier, parla : « Écoutez, francs chevaliers vaillants ! Le roi Charles, l’empereur des Francs, n’a droit de manger que si je le commande. Par toute l’Espagne il m’a fait une grande guerre ; en douce France je veux aller le requérir. Je n’aurai de relâche en toute ma vie qu’il ne soit tué ou ne s’avoue vaincu. » En gage de sa parole, il frappe son genou de son gant droit.

CXCIII

Puisqu’il l’a dit, il se promet fermement qu’il ne laissera pas, pour tout l’or qui est sous le ciel, d’aller à Aix, là où Charles tient ses plaids. Ses hommes l’en louent, lui donnent même conseil. Alors il appela deux de ses chevaliers, l’un est Clarifan et l’autre Clarien : « Vous êtes fils du roi Maltraien, qui avait coutume de porter volontiers des messages. Je vous commande que vous alliez à Saragosse. De ma part annoncez-le à Marsile : contre les Français je suis venu l’aider. Si j’en trouve occasion, il y aura une grande