Page:Bedier - La Chanson de Roland.djvu/246

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


E Hungre e Bugre e tante gent averse,
Romain, Puillain e tuit icil de Palerne
E cil d’Affrike e cil de Califerne.
2925Puis en trerunt mes peines e mes suffraites.
Ki guierat mes oz a tel poeste,
Quant cil est morz ki tuz jurz nos cadelet ?
E ! France, cum remeines deserte !
Si grant doel ai que jo ne vuldreie estre ! »
2930Sa barbe blanche cumencet a detraire,
Ad ambes mains les chevels de sa teste.
Cent milie Francs s’en pasment cuntre tere.

CCX

« Ami Rollant, de tei ait Deus mercit !
L’anme de tei seit mise en pareïs !
2935Ki tei ad mort France ad mis en exill.
Si grant dol ai que ne voldreie vivre
De ma maisnee, ki pur mei est ocise !
Ço duinset Deus, le filz seinte Marie,
Einz que jo vienge as maistres porz de Sirie,
2940L’anme del cors me seit oi departie,
Entre les lur aluee e mise
E ma car fust delez els enfuïe ! »
Ploret des oilz, sa blanche barbe tiret,
E dist dux Naimes : « Or ad Carles grant ire. » AOI.

CCXI

2945« Sire emperere, » ço dist Gefrei d’Anjou,
« Ceste dolor ne demenez tant fort !
Par fut le camp faites querre les noz,